L’envie de partir en safari commence à vous démanger mais vous vous inquiétez des conditions sanitaires sur place ? Alors, soyez rassuré. Les principales destinations africaines commencent à assouplir leurs conditions d’accueil.

Alors qu’au 1er août 2020, un certificat de test PCR négatif au COVID-19 de moins de 72h était nécessaire pour entrer en Tanzanie, le gouvernement tanzanien vient d’abolir cette mesure. Depuis 5 août 2020, seuls les passagers dont la compagnie aérienne ou le pays de provenance exige ce test à l’embarquement devront le présenter à l’arrivée. Pour tous les autres, la présentation de ce test n’est plus obligatoire. En revanche, les voyageurs présentant des symptômes de COVID-19 peuvent être soumis à un test PCR à leur arrivée.

(suite…)

La Tanzanie et Zanzibar ont rouvert leurs frontières et peu à peu les vols reprennent sur la destination. La quarantaine qui avait été mise en place a été levée et vous êtes donc de nouveau les bienvenus dans le pays. Pour faciliter votre accueil et vous offrir les conditions optimales de sécurité, les autorités ont également édité un protocole sanitaire à l’attention de l’ensemble des acteurs du secteur (chauffeurs, véhicules, lodges…).

L’autre bonne nouvelle concerne la reprise des vols vers la destination. Même si l’offre sera probablement réduite dans un premier temps, les vols devraient s’accélérer dès juillet :

  • Ethiopian Airlines opère déjà sur Dar-es-Salam (DAR) et Kilimandjaro Aiport (JRO).
  • Emirates annonce une reprise de ses vols aux alentours du 13 juillet;
  • Kenya Airways espère une ouverture de l’espace aérien  pour les passagers tout début juillet;
  • KLM annonce 3 vols par semaine au départ de Dar-es-Salam à partir du 4 juillet. Il faudra encore attendre pour Kilimandjaro Airport.
  • Qatar Airways reprend trois vols par semaine au départ de Dar-es-Salam et ensuite un vol quotidien. Mi-juillet les vols sur Kilimandjaro Airport et Zanzibar (ZNZ) suivront.
  • Swiss étudie des possibilités au départ de Nairobi avec Precision Air ou Kenya Airways pour le trajet Dar-Nairobi ou Nairobi-Dar;
  • Turkish Airlines devrait opérer dès le 10 juin sur Dar-es-Salam et Kilimandjaro

(suite…)

En Tanzanie, le site d’Engare Sero abrite le plus grands nombre d’empreintes de pas humains jamais découvert en Afrique ; pas moins de 400 figées dans une ancienne coulée de boue volcanique aux pieds du volcan Ol Doinyo Lengaï, « la montagne de Dieu » en langage Massaï. Ces empreintes viennent d’être étudiées par un groupe de chercheurs américains. En partie connues depuis 2006, elles avaient attiré l’attention des chercheurs depuis 2008, qui les pensaient âgées de 120 000 ans. La nouvelle datation indique entre il y a -19 000 et -5 000 ans. Ces traces semblent avoir été laissées par des Homo sapiens. Selon les chercheurs, un groupe était composé de 16 adultes — 14 femmes et deux hommes — et d’un jeune homme, marchant rapidement ensemble. Une répartition que l’on retrouve toujours parmi les groupes de chasseurs-cueilleurs modernes à la recherche de nourriture. De quoi penser que nos ancêtres du Pléistocène supérieur avaient déjà réparti la charge de travail par sexe.

(suite…)

Alors que l’Organisation Mondiale de la Santé annonçait une catastrophe sanitaire en Afrique, les derniers chiffres prouvent tout le contraire. Même si le nombre de cas de contamination progresse, le continent africain, qui abrite 17 % de la population mondiale (1 milliard d’habitants), enregistre à peine plus de 1 % des malades dans le monde (50 000), et un peu moins de 1 % des décès (2000). Les hôpitaux ne sont pas débordés et enregistrent même 18 000 guérisons ! Selon le quotidien Libération du 7 mai, il y avait pourtant des raisons de s’inquiéter « avec 2,2 médecins pour 10 000 habitants en Afrique subsaharienne contre 35 dans l’Union européenne, et des dépenses de santé qui ne dépasse pas 25 dollars par an et par habitant au Cameroun ou au Mozambique, bien des pays africains semblent incapables de répondre à une pandémie massive ». D’où vient alors cette résistance inattendue ? « Parmi les atouts de l’Afrique face à un virus qui frappe d’abord les plus âgés, la pyramide des âges s’impose comme une évidence : sur le continent le plus jeune du monde, les deux tiers de la population ont moins de 35 ans et l’âge médian se situe à 19 ans, contre 40 ans en Europe ».

(suite…)

100km ! Cela ressemblerait presque à un voyage au bout du monde après ces deux mois de confinement. Nul doute que les annonces du premier ministre Edouard Philippe vers un déconfinement progressif vont dans le bon sens même si elles sont pour le moins frustrantes à vous comme à nous, amoureux des voyages au long cours. Alors puisque la porte est entrouverte pourquoi ne pas aller plus loin, repousser les murs et rêver à de nouveaux projets d’escapade ?

Au cours de ces dernières semaines, toute l’équipe de Safari World Image et Les Plus Beaux Lodges a réfléchi à ce que pourraient être vos envies d’évasion. L’Afrique évidemment. Après des mois sans aucuns visiteurs, les animaux des parcs et des réserves africaines auront pris leurs aises. Ils n’en seront que plus faciles à observer lors de votre prochain safari. Si le continent semble relativement épargné par la pandémie, il restera malheureusement inaccessible encore pour quelques mois. Le temps parfait pour découvrir nos propositions d’évasions, y réfléchir, et, pourquoi pas, y succomber !

(suite…)

En Afrique du Sud, le gouvernement a décrété le confinement général. Une des conséquences de cette mesure est que les parcs et réserves naturelles du pays se sont vidés de tout visiteur sud-africain et étranger. La société  WildEarth a alors eu l’idée de proposer des safaris virtuels sur internet. Succès immédiat aux quatre coins de la planète. Selon Graham Wallington, directeur de WildEarth, l’audience de ses émissions en direct a plus que triplé. « L’audience a bondi du jour au lendemain, comme ça, juste parce que des enfants privés d’école et leurs familles se sont mis à regarder ces safaris live à la télévision », explique t-il. Pour réaliser ses émissions, WildEarth dispose de deux véhicules équipés de caméras qui sillonnent la brousse de deux réserves privées proches du fameux parc Kruger, dans le nord-est de l’Afrique du Sud. A leur bord, de vrais guides chargés de débusquer les animaux pour leurs clients, comme dans la réalité. Et de répondre à leurs questions, cette fois par anticipation. « Notre travail a aussi un côté scientifique car nous sommes en train de collecter des informations sur le comportement de la faune en l’absence des humains », ajoute t-il. « Nous avons ainsi déjà constaté  que nombre d’espèces revenaient dans des lieux où elles ne venaient plus ».  Alors ne vous privez plus et regardez ces films en direct afin de rêvez à votre prochain safari : https://wildearth.tv/