Le président namibien Hage Geingob a levé depuis le 22 octobre dernier presque toutes les restrictions de voyage pour la Namibie. Les aéroports internationaux sont de nouveaux ouverts ainsi que certains postes frontaliers terrestres. Tous les lodges répondent aux normes anti-covid mises en place par le ministère de la santé et le pays n’est plus considéré à risque pour les ressortissants français lesquels ne sont plus soumis à quarantaine en arrivant sur place. Seul un test PCR négatif de moins de 72 h est requis à l’arrivée et aucun autre test ne sera à effectuer au cours de vôtre séjour. Enfin, une assurance voyage couvrant les éventuels frais médicaux liés à la covid-19 est demandée.

Pour vous y rendre, nous vous proposons des vols avec Emirates et Ethiopian Airlines. Emirates a en effet étendu son réseau en Afrique du Sud grâce à un accord avec Airlink qui permet désormais aux voyageurs de bénéficier, via les aéroports de Johannesburg et du Cap, de connexions vers plus de 25 villes intérieures et 20 dessertes régionales dont la Namibie. Les vols se font via Dubaï. De son côté, Ethiopian Airlines propose des vols Paris- Addis Abeba –Windhoek avec un temps d’escale à l’aéroport de la capitale éthiopienne.

(suite…)

Après trois mois de fermeture pour cause de Covid-19, la Tanzanie a été le premier pays africain à rouvrir ses frontières en juin. Depuis, plus de 3000 Français sont partis y faire un safari pour les seuls mois de juillet-août et septembre,  3.062 privilégiés en quelque sorte qui ont pu visiter les parcs nationaux du Tarangire, de Manyara, du Ngorongoro ou encore du Serengeti dans des conditions optimales et en toute sécurité. Alors que les visiteurs des autres pays européens sont à la traîne (Allemagne : 1 317 ; Royaume-Uni : 1 051 ; Espagne : 1 050), les Français qui se sont rendus cet été en Tanzanie sont tous revenus dithyrambiques. La faune était bien sûr au rendez-vous, dont la fameuse grande migration, mais surtout ils pouvaient l’observer  en toute quiétude sans aucun autre 4×4 autour.  Avec pas plus de 4 personnes par véhicule, des guides-chauffeurs tout heureux d’avoir des clients, des lodges à la pointe des protocoles sanitaires, inutile de dire que c’est maintenant qu’il faut faire un safari en Tanzanie ! En 2016, le nombre des touristes français étaient  21 000. En 2018, ils étaient 42 000 et en 2019 un peu plus de 56 000 !

(suite…)

Situé dans le centre du pays, à proximité de la ville de Beira, le parc national de Gorongosa revient de loin. Réserve de chasse dans les années 1960, transformé en parc national dans les années 1970, il est alors considéré comme un véritable paradis pour la faune africaine. A l’époque, une première étude scientifique dénombre plus de 2 000 éléphants, des dizaines de milliers de buffles, de zèbres et d’antilopes et quelques centaines de lions et de grands prédateurs. Après 15 ans de guerre civile, le parc est exsangue de ses animaux qui ont servi de garde-manger tant aux combattants qu »aux civils alors que l’ivoire des éléphants finançait l’achat d’armes. Et puis, en 2000, un ange-gardien s’est penché sur le parc. Le milliardaire Greg Carr a décidé de consacrer une partie de sa fortune au renouveau du Gorongosa. 20 ans après, le résultat est extraordinaire.

(suite…)

L’envie de partir en safari commence à vous démanger mais vous vous inquiétez des conditions sanitaires sur place ? Alors, soyez rassuré. Les principales destinations africaines commencent à assouplir leurs conditions d’accueil.

Alors qu’au 1er août 2020, un certificat de test PCR négatif au COVID-19 de moins de 72h était nécessaire pour entrer en Tanzanie, le gouvernement tanzanien vient d’abolir cette mesure. Depuis 5 août 2020, seuls les passagers dont la compagnie aérienne ou le pays de provenance exige ce test à l’embarquement devront le présenter à l’arrivée. Pour tous les autres, la présentation de ce test n’est plus obligatoire. En revanche, les voyageurs présentant des symptômes de COVID-19 peuvent être soumis à un test PCR à leur arrivée.

(suite…)

En Afrique du Sud, le gouvernement a décrété le confinement général. Une des conséquences de cette mesure est que les parcs et réserves naturelles du pays se sont vidés de tout visiteur sud-africain et étranger. La société  WildEarth a alors eu l’idée de proposer des safaris virtuels sur internet. Succès immédiat aux quatre coins de la planète. Selon Graham Wallington, directeur de WildEarth, l’audience de ses émissions en direct a plus que triplé. « L’audience a bondi du jour au lendemain, comme ça, juste parce que des enfants privés d’école et leurs familles se sont mis à regarder ces safaris live à la télévision », explique t-il. Pour réaliser ses émissions, WildEarth dispose de deux véhicules équipés de caméras qui sillonnent la brousse de deux réserves privées proches du fameux parc Kruger, dans le nord-est de l’Afrique du Sud. A leur bord, de vrais guides chargés de débusquer les animaux pour leurs clients, comme dans la réalité. Et de répondre à leurs questions, cette fois par anticipation. « Notre travail a aussi un côté scientifique car nous sommes en train de collecter des informations sur le comportement de la faune en l’absence des humains », ajoute t-il. « Nous avons ainsi déjà constaté  que nombre d’espèces revenaient dans des lieux où elles ne venaient plus ».  Alors ne vous privez plus et regardez ces films en direct afin de rêvez à votre prochain safari : https://wildearth.tv/

Avec ses dunes rouges, jaunes et orange parmi les plus hautes du monde, dont certaines se jettent dans l’océan Atlantique, le désert du Namib est sans aucun doute un des déserts les plus incroyables du monde. Situé au sud-ouest de la Namibie, il est considéré comme le plus vieux désert du monde avec des conditions climatiques qui n’auraient pas changées depuis 60 millions d’années ! Les températures oscillent entre 0 et 50° et il n’y pleut que 50mm par an ! Attraction majeure de la Namibie, le désert du Namib est une destination en soi qui mérite respect et attention.

(suite…)